Idles (+ Lice) au Trabendo, 20.04.2018

 


La Villette refleurit en cette fin avril. Les pelouses sont pleines de gens insouciants, qui se prélassent aux rayons du soleil couchant. Tous ces gens ne savent pas que, à quelques pas, dans l'enfer du Trabendo, va se dérouler un concert qui fera date, un de ces shows dont on se rappelle. Idles.

 

Lice


Pour ouvrir la soirée, les Idles ont invité Lice. Venu de Bristol, le tout jeune groupe vient pour la première fois fouler le sol français. Belle occasion pour faire découvrir leur son, leur patte.

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Pas facile de démarrer le set, alors qu'il faut si beau, et que le bar extérieur du Trabendo ne désemplit pas. Pas grave, les minots démarrent pleine balle, intro Punk sauvage. Un deuxième morceau plus ambiancé, retour ensuite à un titre plus hardcore, des tempos qui font le yoyo. Lice enchaîne les titres, pleins de fougue, pleins de jeunesse, pleins d'envie. Le public fait la navette entre le bar extérieur et la salle, les changements de style permanents en déroutent plus d'un.

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Lice laisse tout dans la bataille. Comme l'a souligné un spectateur plus attentif que les autres, le bassiste en perd son pantalon, avant de finir dans la fosse pour un dernier morceau croisé Joy Division et Power Blues Pop (mélange assez improbable, on l'accorde). Prestation intéressante, les Lice ont su se faire plaisir, malgré le fait indéniable que le public n'était pas venu pour eux, ce qui n'est jamais simple.

Lice a une page Facebook ici.

 

Idles


Idles. Le groupe s'est fait connaître en France en quelques concerts seulement, distillés lors de 2 festivals d'été, et une mini-tournée de quatre dates. Six concerts dans l'hexagone, un album, Brutalism, qui a fait parler la poudre, et les voilà propulsés au grade de "groupe à ne pas manquer". Aussi lorsque la date du Trabendo a été annoncée, les places sont parties comme des petits pains, dans ta face. Parce que Idles, c'est du brutal. C'est sauvage, sans concession, une série d'uppercuts, une folie scénique, un show à 200%.

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Les cinq Idles arrivent sur scène. Premier titre, première grosse baffe: "Heel / heal". Premier morceau de l'album, introduction avec un gros rythme de batterie, suivi d'une déferlante de guitares. "I want to move into a Bovis home", Joe Talbot et ses soubrettes démarrent le show comme si leur vie en dépendait. Le set sera nerveux, puissant. Les Idles vont s'appuyer bien sûr sur leur seul album à ce jour, le prochain état annoncé pour très bientôt. Ça va passer à la vitesse de la lumière, tant l'intensité sera totale. Un concert qui aura ravi tous les amateurs de Rock'n'Roll - et ils étaient nombreux dans la salle ce soir-là.

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Avec Idles, le spectacle est total. Devant, Joe Talbot est déchaîné. Une communion totale avec le public, l'homme ne se ménage pas. Quelques mots en français histoire de dire, mais visiblement ce ne sont pas dans les discours que les Idles sont les meilleurs. Non, c'est dans le Rock sauvage, Post-Punk, viscéral. Les Idles chantent les classes moyennes, les travailleurs qui se battent pour se payer une maison ou un coin de bonheur, ceux qui ne font pas de bruit. Et bien, Idles en fait pour eux, du bruit!

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Les deux guitaristes sont déchaînés. Le moustachu Mark Bowen, dentiste de son état (si, si!), et son compère Lee Kieman sont partout. Partout, sauf sur scène! Que ce soit dans la fosse, sur les enceintes, ou empilés les uns sur les autres, ils jouent dans toutes les positions, avec un plaisir non feint, et une soif de partager ce moment avec chaque spectateur. Seuls ces foutus câbles jack, visiblement trop courts, les empêcheront d'aller au fond de la salle...

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Et pour assurer tout ça, il y a un bassiste, discret mais efficace. Qui sait rire aussi, lorsqu'il lance un morceau de Justin Bieber, ou encore un chant de Noël! Adam Devonshire, gardien du temple, assure les bases lorsque ses potes vont découvrir le Trabendo. Et il y a un batteur. Quel batteur, d'ailleurs! Tout au long du concert, Jon Beavis nous aura régalé. Frappe surpuissante, sèche, une rythmique à tout faire péter, une maîtrise du tempo et des breaks sans faille, un groove Punk-Rock, une machine. À faire découvrir à tous ceux qui ne savent pas comment taper sur des fûts.

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

Un concert total donc. Les Idles ne se ménagent pas. Sur les épaules d'un spectateur monté sur scène, couchés à terre, dans le public, chacun pourra voir les phénomènes de près. Dans la fosse, l'ambiance est également hyper-chaude. Les pogos ne s'arrêteront pas. Joe Talbot ira même s'en étonner, voire s'en inquiéter tellement leur intensité est grande, avant d'être rassuré et de reprendre le show. Le concert se fera d'ailleurs sans rappel, pas besoin de tricher, pas de faux-départ. Tout à fond du début à la fin... Et une accessibilité du groupe même après le concert, des musiciens très abordables... Vraiment, une soirée sans fausse note.

Il est des concerts dont on aime à raconter qu'on y était. Idles au Trabendo, tu y étais? Alors tu sais...

Punk, Post-Punk, Brutalism, Concert, 2018

La tournée de Idles continue, quelques dates sont annoncées en France.
Tout est sur le site Web du groupe, et sur leur page Facebook.

Setlist
Heel/Heal
The Idles Chant
Date Night
Faith In The City
Mother
Samaritans
1049 Gotho
Divide & Conquer
I Am Scum
Benzocaine
White Privilege
Danny Nedelko
Exeter
Lovesong
Well Done
Rottweiler

Crédits photos : erisxnyx
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements