Rock en Seine 2012 – Dimanche 26 Août 2012


Rock en Seine 2012 – Dimanche 26 Août 2012

La barre des 100 000 festivaliers aura été franchie pour les 10 ans de Rock en Seine, le Festival du Domaine National de Saint-Cloud en Île-de-France.

Rendez-vous incontournable de la rentrée depuis 10 ans, le Festival de Rock fait partie aussi du parcours des touristes qui visitent la capitale à en voir le nombre d’étrangers que l’on peut croiser sur le site.

 

The Waterboys


D’emblée c’est le son qui dérange. Les musiciens semblent déraper sur leur manche et ce sont des notes parfois approximatives qui nous parviennent. Cela n’empêche pas les plus âgés des festivaliers de remuer leurs popotins sur les rythmes celtiques des musiciens originaires d’Ecosse et d’Irlande de la bande à Mike Scott ou les plus jeunes de découvrir une légende.

Ils sont déguisés, très colorés. Le violoniste prendra même un masque vénitien pour donner encore plus de couleur au titre « A Girl Called Johnny ».

 

The Waterboys

Parfois à la guitare, parfois au piano, Mike Scott fait le job et dédicace le titre « The Whole of the Moon » à Neil Armstrong qui vient de nous quitter à 82 ans.

The Waterboys concluront leur show avec « Fisherman’s Blues » qui verra le chanteur français Cali monter sur scène.

Setlist :

Rags
Killing My Heart
A Girl Called Johnny
Glastonbury Song
Mad as the Mist and Snow
The Pan Within
The Whole of the Moon
Fisherman’s Blues

 

The Dandy Warhols


Les tatouages de Zia (McCabe) aux claviers éblouissent le parc en cette fin de journée. Les Dandy sont là pour nous injecter une musique aux effets psychotoniques.

Courtney avec son pantalon blanc semble s’être réveillé seulement depuis 5 minutes de son tourbus.

 

The Dandy Warhols

Le complètement barré « We Used to Be Friends » fait danser le public, pendant que Zia tambourine à tue tête.

Je me souviens de leur premier concert parisien pour la promo de …The Dandy Warhols Come Down en 1997 dans une Boule Noire remplie et d’entendre Courtney, la guitare en bandoulière, dire étonné « il y a du monde ce soir, j’imagine que vous êtes tous des journalistes et que vous êtes rentrés gratuits ». A cette époque, Zia jouait du synthé la poitrine dénudée pendant tout le show. C’est dingue comment la mémoire peut se rappeler de certaines choses…

C’est planant, redondant (« I love You »), déjanté (“The Autumn Carnival “)… pour finir par un entrainant “Bohemian Like You » et « Godless » de leur 3ème album, Thirteen Tales from Urban Bohemia.

 

The Dandy Warhols

Setlist

Be-In
We Used to Be Friends
Not If You Were the Last Junkie on Earth
I Love You
The Autumn Carnival
Get Off
Sad Vacation
The Last High
Bohemian Like You
Godless

 

Grandaddy


Le groupe s’était séparé en en 2006 et c’est seulement en Mars de cette année qu’on a entendu enfin la bonne nouvelle : Grandaddy se reforme pour une série de concerts.

Le groupe des barbus à casquette a un peu changé, plus de casquette si ce n’est celle de son leader Jason Lytle (chanteur/guitariste/claviériste), la barbe restant à Aaron Burtch qui ne lâchera pas sa cigarette tout au long du concert.

 

Grandaddy

Les gars de Modesto n’ont rien perdu de leur superbe et les morceaux tirés de The Sophtware Slump sont toujours autant emplis d’émotion lorsqu’ils sont interprétés en live, comme par exemple « Hewlett’s Daughter » ou « Jed’s Other Poem (Beautiful Ground) ». Tout comme ceux tirés de leur autre sublime album qu’est Sumday avec « El Caminos in the West « , « « Yeah » Is What We Had », « Now It’s On », « The Go in the Go-For-It » « Stray Dog and The Chocolate Shake ».

Sur « The Go in the Go-For-It » ça commence à sentir la Ganja. Avec le son Bontampi du synthé (« AM 180 »), marque de fabrique du groupe, on atteint des sommets. Ça plane devant la scène, on en redemande. Sur les écrans on a toujours des vidéos ou des images psychédéliques synchros avec la musique jouée sur scène par les américains.

Je me souviens de les avoir… « entendus » et non vus puisque en 2003 ils avaient joué au Café de la Danse, salle étouffante et trop petite pour accueillir tous les fans du groupe et j’étais resté bloqué dans l’escalier sans pouvoir approcher la scène..

Ils clôtureront leur set par le chef d’œuvre qu’est « He’s Simple, He’s Dumb, He’s the Pilot », avec le fameux « 1, 2, 3, 4 » et ça  démarre. Le public sautille, jubile. On tutoie les Dieux !

 

Grandaddy

Setlist

El Caminos in the West
Now It’s On
« Yeah » Is What We Had
The Crystal Lake
Jed’s Other Poem (Beautiful Ground)
A.M. 180
The Go in the Go-For-It
My Small Love
Levitz
Chartsengrafs
Stray Dog and The Chocolate Shake
Hewlett’s Daughter
Summer Here Kids
He’s Simple, He’s Dumb, He’s the Pilot

 

Green Day


Que de jeunes filles dans le public toutes plus belle les unes que les autres. Elles viennent des USA, d’Espagne, de Russie ou d’Allemagne à l’image des backdrops qu’elles ont customisé avec leurs petits doigts de fées…

 

Green Day


 

Green Day

La prestation est monumentale, les fans sont au rendez-vous entonnant des « Hé-Ho » à tue tête qui résonnent sur cette boucle de la Seine ; Green Day peut tenir 2 heures sans problème. C’est ce qu’ils vont faire durant un concert monstrueux. De plus on aura le droit à des nouveaux titres car ce n’est pas un, mais trois albums que le trio va sortir à la rentrée. Uno paraîtra le 24 Septembre, suivi par Dos le 12 Novembre pour finir par Tré le 14 Janvier.

 

Green Day

Au début du show les gars d’Easy Bay (Californie) font peut-être un peu trop de breaks entre les titres et cassent un peu la mécanique insufflée  par le rythme des chansons mais il faut dire qu’ils ont intérêts à garder des forces car ils vont être très généreux ce soir avec leur public venu en masse, emmenés par un Billie Joe Armstrong des grands soirs…

 

Green Day

Je trouve qu’en vieillissant Mike Dirnt à la basse ressemble de plus en plus à Duff McKagan (ex. Guns n’ Roses, Velvet Revolver), il bouge, saute sur scène et prend des poses jambes écartées à la Clash.

 

Green Day

« We are Green Day and we are from Paris! » s’exclame Billie juste avant d’introduire « Boulevard of Broken Dreams »… L’émotion est à son comble. Les caméramans en profitent pour faire un gros plan sur une jeune fille en pleurs. Les larmes coulant sur ses petites joues toute roses…séquence serrement de cœur. Son petit ami lui fait un gros bisou pour la réconforter. Applaudissements nourris du public devant ces tendres images.

 

Green Day

 

Green Day

 

On fait monter des fans (heu principalement des jolies filles) sur scène… séquence rigolade quand on les voit essayer d’attraper un bisou de la part de Billie. Le public jubile, les filles pleurent et les garçons réconfortent leurs petites amies qui en cet instant se contrefoutent de leur mecs.

I say « Hoh-Ho »…Ils reprennent jusqu’au premier refrain de « Highway to Hell » puis « Rock ‘n Roll » ça part dans tous les sens. Ils ont tout compris de ce que veut dire « Entertainment » aux USA.

Billie ramasse le jet d’eau pour arroser les premiers rangs sous le regard amusé de Tré Cool, imperturbable derrière ses futs. Il revient avec un nounours qu’une jeune fille lui a tendu, remonte sur scène et lance du papier cul et un canon à T-Shirt. Rarement j’ai entendu un public connaître aussi bien les paroles de leurs idoles… l’osmose est totale.

 

Green Day

Sur « King for a Day » : Déguisement général. La fête est totale avec le saxo qui s’emballe ! Les musiciens changent d’instrument. Délire dans le public. Billie va derrière les fus, Mick chante d’une voix grave. Rire général. C’est le délire.

 

Green Day

Sur « Shout » ils s’allongent sur scène et commencent à interpréter « Stand by me » tout en étant hilares. Billie a même du mal à rester concentré. Nouveau gros plan sur une jeune fille en larmes qui n’arrive plus à garder son sang froid tellement elle est submergée par l’émotion. Ils enchainent avec « Hey Jude » qui fait monter d’un cran encore le lien qui unit Green Day à son public en terminant par un « Vive La France ».

 

Green Day

 

Green Day
 

En rappel, ils nous enverront un « American Idiot »  suivi de « 99 Revolutions »  pour terminer par « Good Riddance (Time of Your Life) »…

Et comme il le chante sur cette ballade :
« So Take the photographs and still frames in your mind »…

Quel fin de festival, quel groupe, quelle ambiance ! Merci !

 

Lionel / Born 666

 

Rock en Seine 2012

Seltlist Green Day

Welcome to Paradise
Murder City
Know Your Enemy
Stay the Night
Oh Love
Holiday
Burnout
Hitchin’ a Ride
Letterbomb
Highway to Hell / Rock and Roll (Medley)
Brain Stew
St. Jimmy
Boulevard of Broken Dreams
2000 Light Years Away
When I Come Around
Longview
Basket Case
She
King for a Day
Shout / Stand by Me / Hey Jude (Medley)
Minority
Rappel:
American Idiot
99 Revolutions
Good Riddance (Time of Your Life)

 

Rock en Seine 2012

 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements