Anna Calvi au Sziget 2012

Premier concert de ma semaine hongroise : Anna Calvi sous l'énorme chapiteau A 38, pouvant accueillir jusqu'à 6000 âmes. Drôles de lieu pour découvrir live la révélation et chouchoute des critiques de l'année dernière. Une ambiance plus intimiste aurait peut-être été de meilleure augure mais Sziget et intimiste sont évidemment antinomique. D'Anna Calvi, je connaissais le premier album, et les éloges l'accompagnant, la presse n'hésitant pas à comparer la jeune anglaise de 23 ans à P.J Harvey ou Jeff Bucley. Filiation prestigieuse, mais lourde à assumer ! L'album étant de bonne facture, affirmant une forte personnalité et de jolies compositions, c'est confiant que je m'en allais écouter Miss Calvi Live.

 

Anna Calvi - Sziget 2012 - La Grosse Radio

Accompagnée de Daniel-Maiden Wood à la batterie et de la multi-intrumentiste Mally Harpaz à l'harmonium, à la basse et aux percussions, Anna Calvi entre en scène, guitare portée très haut, au niveau de la poitrine, le manche bien en main, prête a nous montrer de quoi elle est capable. Chignon, chemise rouge, pantalon ample et escarpins noirs : sa tenue de scène rappelle le flamenco, musique qu'elle affectionne particulièrement. La belle anglaise ne fait pas ses 23 ans et le charme opère immédiatement. Le concert commence par un solo de guitare, « Riders To The Sea ». Anna Calvi se chauffe les doigts et le public l'écoute religieusement. La batterie retentit et c'est au tour de « Suzanne and I », morceau qui fait effectivement penser à P.J Harvey.

Anna Calvi développe sa voix puissante et suave, parfaitement soutenue par ses musiciens. « Blackout » le morceau suivant est lumineux et entraînant. Cloches et chœurs permettent de belles envolées. Ensuite « Desire » avec son introduction à l'harmonium et sa batterie tonitruante, essaie de faire décoller l'audience. Pourtant le public reste étonnamment calme. Beaucoup écoute sagement le concert, applaudissant poliment entre les morceaux. Peut être une pointe d'ennui, les morceaux étant parfaitement exécutés. Peut-être un peu trop.

Anna Calvi - Sziget 2012 - La Grosse Radio

« I'll Be Your Man » permet à Anna Calvi de nous montrer tout l'étendue de son talent à la guitare et les nuances de sa voix, se faisant plus aiguë  succède « First We Kiss » commençant comme une sérénade et se terminant comme un morceau pop plus classique. Puis vient un cocktail de reprises rafraichissantes après une demi heure de set un peu trop balisé.

Honneur aux dames avec la reprise du « Jezebel » d'Édith Piaf. La rythmique flamenco va comme un gant à Anna Calvi. « Surrender » une ballade d'Elvis Presley où l'on peut imaginer Anna en duo virtuel avec le King. Pour finir une reprise du groupe New-yorkais TV On The Radio, « Wolf Like Me », la version est dépouillée, à vif, au plus près de l'os, magnifique. Avec ces trois covers, Anna Calvi a su intégrer à son répertoire trois superbes morceaux totalement différents les uns des autres, au point de les faire passer facilement pour des compositions originales aux néophytes. Le concert s'achève sur « Love Won't Be Leaving », parfait morceau de fin de concert. Pas de rappel, mais c'était 45 mn bien remplies, il n'y avait pas grand choses à ajouter.

Je quitte l'A38 avec un drôle de sentiment. Le concert était bon, les musiciens excellents mais il manquait le petit quelque chose pour totalement me convaincre. Peut être la sensation d'avoir entendu l'album joué live, où l'uniformité des compositions. Et je me dis qu'Anna Calvi n'est qu'à l'aube de sa carrière. Que la presse l'a peut être un peu trop mise en avant, mais en ces temps de vaches maigres musicales, c'est bien normal. Bref, j'attends avec impatience la suite des ses aventures discographiques et scéniques parce qu'un talent comme ça ne peut pas s'arrêter en si bon chemin.

Pour visiter le site de notre photographe officiel, une seule adresse :
http://www.yog-photography.com

Photos : © 2012 Nidhal Marzouk  / Yog Photography
Toute reproduction interdite sans autorisation écrite du photographe.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements