The Stone Roses au Sziget 2012

Vendredi 10 Août 2012 / 21h30 Main Stage

 

Vendredi déjà, nous sommes arrivés en début de semaine à Budapest, et nous sommes encore debout ! Bien joué les gars, alors on tient le coup, ce qui n’était pas une évidence quand on voit les conditions qui nous sont offertes… Au milieu du Danube, 400 concerts avec près de 400.000 festivaliers, la teuf non-stop pendant 7 jours, des sauts à l’élastiques dans tous les coins, des minis-shorts en jeans dans tous les coins 😉 Bref le meilleur festival européen tiens ses promesses. Le Sziget bordel ! On y parle l’anglais beaucoup mais la jeunesse présente vient de 61 nations différentes. C’est le seul endroit où l’on peut écouter 12h de musique live dans la journée, franchement ça tabasse sa mémé grave !

Line Up :
Ian Brown Chant
Jon Squire Guitare
Gary Mounfield Basse
Alan Wren Batteries

Et ce soir sur la scène principale on attend les Stone Roses. Le groupe, fondé en 1983, a splitté en 1996 et s’est reformé en 2011 tout juste. Seulement 2 albums au compteur, pas de quoi déclencher la bagarre… Donc nous sommes tous regroupés et à vrai dire personne autour de moi à part 2/3 quadra n’ont connu les Stone Roses en Live, c’est donc avec un peu de méfiance que nous attendons leur prestation. Méfiance qui s’amplifie grandement à leur arrivée sur scène. Au bout des 3 premières chansons, on enfilait des perles (oui on s’emmerdait quoi...).   

Des ballades sans émotion, de la pop made in UK un peu pauvre à mon goût. Encore un groupe de vieux qui s’est reformé pour payer la voiture de sport de leur nouvelle nymphette blonde platine… Et puis tout à coup, la machine s'emballe sans crier gare, et tout le monde comprend pourquoi le nom du groupe est resté dans la légende.



 

Le chanteur franchement à côté de ses pompes fait un effort et arrête de chanter. Depuis le début du concert il regarde la poursuite avec des yeux fixes, et joue du tambourin pour lui-même (on ne l’entend pas car il oublie de l’approcher du Mic), bref il est perdu le mec. Mais les zikos, qui sont bien en place, se laissent doucement emporter et commencent à délirer, dans un rock très alternatif voire carrément psyché. Avec des solo de guitares majestueux et très envolés, qui durent au moins 20 minutes… (Peut-être pas aussi long mais bon l’idée est là). Trop cool ! Gary, s’y met aussi et sur sa flambante batterie, blindées de cymbales et avec 2 grosses caisses, nous délecte d’un solo bien vintage, vraiment à l’ancienne, mais tellement juste et dans le ton du groupe, que ça passe tout seul. Les petits gars de Manchester ont fait du chemin, beaucoup de travers mais ils méritent vraiment leurs galons d’anciens. Le prochain album, s’il sort un jour, devrait être intéressant. Affaire à suivre ! 

Setlist :

I Wanna Be Adored
Mersey Paradise
Sugar Spun Sister
Sally Cinnamon
Ten Storey love song
Where Angels Play
Shoot You Down
Fools Gold
Something’s burning
Waterfall
Don’t Stop
Love Spreads
Made Of Stone
This Is The One
She Bangs The Drums
I Am The Resurrection



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements