Beatsteaks au Sziget 2012

Mercredi 8 Août - Mainstage 18h
 

Les Beatsteaks c’est quoi ? Des allemands qui ne sont pas avare de talents et savent s’exprimer dans pas mal de styles différents. On a le droit à un morceau de Chuckberry d’entrée de set, suivi de leur titre "Automatic" qui à des bons relents  de Reggae.  Une petite dédicace à Snoop Dogg qui passera sur la même scène quelques jours après eux : Biatch ! Et surtout la reprise de "Sabotage" des Beastie boys en hommage à MCA parti cette année pour de nouvelles contrées galactiques ! Tchuss Adam.

Du coup le groupe nous fait bien plaiz’ avec une vraie reprise pas bidon, en plus de ce pur morceau kiffant "Sabotage" ! "Arrête tes conneries !" j’ai dit à un Hongrois qui ne bitait pas un mot de ce que je racontais mais qui jumpait comme moi, comme des oufs !!! Cool ce concert commence très bien.



Sur scène le Line up est surprenant avec 2 batteurs qui jouent sur 2 batteries ramenées à l’essentiel : 1 cymbale / 1 grosse caisse / 1 caisse claire point barre. Mais chacun la sienne. Le show assure grave, avec la synchronisation des 2 drummers qui se dépouillent bien ! Le bassiste est tatoué de la tête aux pieds, comme pas mal de festivaliers en fait.

Petite anecdote au passage : à la sortie du concert 2 jeunes mecs m’interpellent et me demandent comment ils doivent soigner leur tout nouveau tatoo situé à l’intérieur de leurs pieds. Les gars se sont tous les deux tatoués MUSCADET sur leurs panards … Ah ces jeunes, sûrement de la Loire Atlantique…

La section rythmique est assistée de 2 gratteux supplémentaires et le Front man gratouille aussi de temps à autres. D’ailleurs le chanteur n’est pas en reste et joue son petit cinéma, il a du charisme. Les zikos chantent et reprennent en Chœur les refrains, ils sont tous bien contents d’être au Sziget. Avec autant de monde devant eux qui ne le serait pas… (Brian Molko peut-être ?)

La chaleur est étouffante en cette fin de journée. Le crépuscule nous apporte un espoir de fraîcheur, en attendant qu'il fasse son office, les énormes brumisateurs font leur job et humidifient même les soutiens-gorge qui se dégrafent au fur et mesure que le concert avance… (Ah les écrans géants ça a du bon quand même:-)).

Les Beatsteaks nous gratifient de bons morceaux bien rock, avec des pointes de punk californien, bref un petit mélange bien savoureux en première partie de soirée. Des riffs bien lourds salués par un super public qui pogotte volontiers sur les quelques morceaux plus pêchus comme "Hand in Hand", mais pas aussi violent que dans leur premiers albums (ils en sont à leur 6ème opus les gars !). Le succès les inciterait-il à tendre vers la pop ??

En tout cas sur scène ça fume, ça boit, ça crache, bref ça vit quoi ! Bordel !



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements