The Washington Dead Cats / Lords Of Altamont / Rikkha – La Maroquinerie 30/05

Avec trois groupes de ce calibre – familiers de la Maroq qui plus est – la soirée s’annonçait forcément très chaude rue Boyer… Rikkha, son punk-rock de Paname et son égérie chanteuse Juliette Dragon, accessoirement meneuse du fameux Cabaret des filles de joie. The Lords Of Altamont, son garage dépotant et son biker preacher Jake Cavaliere. The Washington Dead Cats, ses trente-cinq balais de psychobilly punky et son chanteur sauteur Mat Firehair. Trois formations menées par trois très fortes personnalités donc. Parterre impressionnant de photographes, fosse en délire, gros son impeccable… Pas de doute, nous étions ce soir là au bon endroit, au bon moment !

Les Rikkha en chauffeurs de salle des Wash ? Rien de plus normal. Juliette Dragon fut leur égérie cracheuse de feu sur scène, avant de devenir la reine des soirées burlesques parisiennes avec son Cabaret des filles de joie. On se souvient d’avoir croisé les Rikkha à leurs débuts et les avoir trouvé encore un peu verts musicalement. Plus de dix ans plus tard, on remballe nos doutes. La féline Juliette Dragon est désormais une frontwoman accomplie, sa voix puissante et sensuelle fait jeu égal avec la guitare de Seb le Bison. Et parvient à se faire entendre sans probèmes malgré la frappe redoutable de Emiko Ota et les riffs implacables de Julien « Satanic Pingu ».

Rikkha - La Maroquinerie 22 05 © C. Cussat Blanc
© Christophe Cussat Blanc

“Je te tue” lance-t-elle d’entrée de jeu. Affirmatif, un bon nombre d’entre nous tombent raides. Elle a raison d’affirmer que “toutes les femmes sont belles”. Certes, mais toutes ne vont pas jusqu’à mimer la fessée, comme elle fait sur “Spank”… Et que dire de l’effeuillage va-va-voum de la délicieuse Pomme d’Amour, ravissante cerise sur le gâteau sur “Devil”, on a mis du temps à s’en remettre ! Les Rikkha seront le 14 juin à Mains d’Oeuvres pour une soirée Paris Osaka Punk, à bon entendeur… 

Rikkha - La Maroquinerie 22 05 19 © C. Cussat Blanc
© Christophe Cussat Blanc

En arrivant à la Maroq, on avait croisé Jake Cavaliere, attablé avec ses Lords Of Altamont dans le patio. Sans ses éternels ray ban. Bien dommage qu’il cache ainsi son regard sur scène, même si cela est total raccord avec son rôle de preacher biker… The Preacher a le sourire qui s’étend jusqu’aux yeux, un gage de sincérité si l’on croit les spécialistes. Des fossettes se creusent sur son visage longiligne à la Clint Eastwood. Du bonheur pour les photographes… Ces derniers n’ont pas pour autant été déçu du voyage. Jake Cavaliere, clavier émérite – notamment pour les Sonics – fait littéralement corps avec son Farfisa (relisez le témoignage de ce dernier sur leur prestation au Point Ephémère en 2017).

LOA - La Maroquinerie 22 05 © C. Cussat Blanc
© Christophe Cussat Blanc

Farfi n’est plus un instrument, mais un partenaire, sur lequel il se juche et qu’il partage volontiers avec les chanceux du premier rang. Ses deux complices Dani Sindaco et Rob Zimmermann, respectivement à la guitare et la basse et le tapeur de fûts Barry Van Esbroek, balancent du son. A plein volume, mais en demeurant audible. Loin du gloubiboulga sonore la semaine passée pour Luke, qui avait failli nous faire quitter la salle… Notre shooteux Christophe Cussat Blanc s’en est donné à coeur joie, quitte à subir en mode pilier de rubgy la charge furieuse de pogoteurs de la fosse. Il n’a pas eu droit au calin proposé par un preacher en besoin d’amour – “I’m a wet dog, but give me a hug” – mais a pu plaquer un accord de mi sur le clavier de Farfi !

LOA - La Maroquinerie 22 05 19 © C. Cussat Blanc© Christophe Cussat Blanc

Alors que les backliners des Washington Dead Cats s’affairent pour changer fissa le plateau, Seawweedyo le batteur teste son instrument. Des cris d’encouragements narquois fusent dans notre dos. La famille du côté Garage Lopez, y sont pas sortables… Une bande son à la Carpenter sort des baffles, histoire de nous installer dans le climat propre aux histoires de Mat Firehair. Le pilier et dernier membre d’origine du combo a toujours surkiffé le cinoche B-Movies, le dernier opus sorti glorifie d’ailleurs de bien beaux “giant purple lobsters”… C’est donc en toute logique que les Wash attaquent leur show par “Lobsters Attack”. “Juju”, plus connu du public, met la fosse en joie. Et que je te gueule à pleine voix les wow-wow réclamés par Mat et que je me lance dans un pogo encore plus déchaîné que pour les LOA. On finit bien évidemment par être trempé de binouze par une maladroite qui s’entête à demeurer au coeur de la mêlée…

The Washington Dead Cats - La Maroquinerie 22 05 © C. Cussat Blanc
© Christophe Cussat Blanc
 
Mat Firehair a beau adorer reprendre ses classiques “Napalm surf”, “Oumamama”, “Pizza surf” et autres “I’m a dead cat”, il avoue en avoir marre de se refaire les mêmes pendant trente-cinq piges. Et qu’on le félicite d’une grande longévité, ce qui lui rappelle de facto son âge. La dérision dans l’auto, ça le connait Mat… Il nous offre donc “Give me fire” un de leurs derniers titres et surtout la danseuse qui joue dans le clip homonyme. Cette magnifique créature, tout de léopard vêtue, nous mettra littéralement le feu ! Mat se fend d’une dédicace à LOA sur “Treat me bad” et un peu plus tard, d’un petit coup de griffe de greffier à son meilleur ennemi Didier Wampas. Bien sûr, les Wash ne pourront que conclure leur set avec leur tube “Crazy voodoo woman” déclenchant ainsi une véritable hystérie, y compris chez celui qui écrit ses lignes. Et on ne vous parle pas du rappel en mode “Too drunck to fuck”. On a terminé comme Kennedy, complètement dead, mais avec une sacré banane !  

The Washington Dead Cats - La Maroquinerie 22 05 19 © C. Cussat Blanc
© Christophe Cussat Blanc

Retrouvez d’autres photos de cette soirée mémorable sur le site de Christophe Cussat-Blanc.

Setlist Rikkha
Je te tue
Les femmes
Every woman
Spank me
The beast
Devil
Kitten
Nuit fatale

Setlist LOA
Born to loose
Eat the highway
Going nowhere
Like a bird
Get in the car
Come back baby
Velvet
Burn me out
Action woman
$ 4.96
Evil (is going on)
Live fast
F.T.T.S

Setlist Washington Dead Cats
Lobsters Attack
Juju
Only vinyl
Hellbound on my trail
Napalm surf
Under the creole moon
Give me fire
Down under my feet
I’m a dead cat
You came to haunt me
Oumamama
Punkabilly rumble
Crazy voodoo woman
———
Satan’s grave
Does your werewoolf
Too drunk too fuck (Dead Kennedys cover)



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements