Trupa Trupa – Of the Sun


Avec Of the Sun, les Polonais de Trupa Trupa affirment leur patte caractéristique teintée de nostalgie et de réverbérations traînantes, mais varient légèrement le registre avec un rythme un chouia plus enlevé que lors des précédents opus.

Pour leur troisième album (Jolly New Songs en 2017 et Headache en 2015, ce qui fait une belle régularité dans les productions), on trouve un peu moins de mélancolie, toujours de grandes plages instrumentales répétitives, et davantage de vigueur dans la batterie ou d’entrain dans la guitare. La basse cependant se plaint toujours dans son coin et rappelle à l’oreille que les Trupa Trupa jouent sur le registre émo (si on l’appelle encore ainsi), mais on a un peu moins envie de lui céder que dans les précédents albums. Et toujours cette ambiance enveloppante et envoûtante propre au groupe qui plonge les oreilles dans les étoiles en douze morceaux aigre-doux.

«Another Day» par exemple offre un fondu vers le psyché, qui reste dans les inspirations des années 70 dont se revendique le quatuor, avec ses synthés et ses clips granuleux, mais cette fois on plane avec un style Beatles dans la période Magical Mystery Tour qui rappelle bigrement le «Walrus».

Morceau qui donne son nom à l’album, «Of the Sun» grésille entre éruptions solaires à la basse et clavier en apesanteur pendant plus de quatre minutes. Ça crépite, la voix gémit, lancinante, les dissonances font planer, on est transporté dans un milieu inhabituel, une force puissante semble travailler en sourdine à nous faire chavirer.
Après des morceaux au tempo qui accélère, le meneur Grzegorz pousse haut sa voix. « Long time ago» nous entraîne pour quelques minutes sur un registre inhabituel : la guitare s’agite, des cuivres à la limite du folk font presque une percée, les Trupa Trupa trempent un pied dans le guilleret, presque rock de surfeur ou boîte à musique. Mais les synthés lancinants et la voix gémissante reprennent vite le dessus après l’intro traînante de «Dream About» et sa boucle mélodique qui semble ne jamais vouloir finir. Sur «Mangle», les saturations et voix en arrière-plan rappellent les essais de Happening Songs de Dionysos, un album que les moins de 25 ans ne peuvent pas connaître.

Psyché, garage, onirisme spatial, indépendant

Au final, chaque morceau a sa petite caractéristique, et c’est ce qui fait la cohésion de l’ensemble de l’album : impossible de dégager un single, chacun à sa particularité, et personne ne tire la couverture à soi.

Sortie le 13 septembre 2019 chez Glitterbeat Records.

A voir en concert le 25 septembre au Point Ephémère.

1. Dream About 03:43
2. Mangle 03:01
3. Another Day 04:16
4. Angle 02:18
5. Longing 04:23
6. Remainder 03:03
7. Anyhow 02:24
8. Long Time Ago 02:51
9. Of the Sun 04:53
10. Glory 03:05
11. Turn 01:54
12. Satellite 06:43

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements