L’épée – La Boule Noire – 26/09/2019

Comme indiqué sur l’événement Facebook, ce showcase de l’Epée à la Boule Noire – très rapidement archi complet – fut bel et bien “exclusif”. Ne serait-ce que par le nombre de “professionnels de la profession” repérés dans le public… La nouvelle formation de Lionel et Marie Limiñana, initiée par Emmanuelle Seigner et rejointe par Anton Newcombe, a recueilli pour leur premier coup d’estoc une presse des plus flatteuses. Restait à transformer l’essai sur scène. Après un passage au festival angevin Levitation et un autre showcase à France Inter, nos quatre mousquetaires du garage psyché venaient donc défendre leur Diabolique en petit comité, avant de ferrailler avec un public plus nombreux le 14 décembre à la Cigale. Pas très favorisée par un son ingrat pour le lead vocal, Emmanuelle Seigner a quelque peu peiné à trouver sa place au milieu de la déferlante de riffs des Limiñanas au grand complet. Gageons qu’elle sera prête à en découdre après quelques passes d’armes supplémentaires… 

A l’angle du boulevard Rochechouart et la rue des Martyrs – à deux pas de La Boule Noire donc – une foule incongrue squatte les terrasses des deux bars qui se font face. Des sexagénaires ricains, vêtus de chemises hawaïennes, de short et parés de colliers de fleurs, certains affabulés de bérets colorés… Un commémoration liée au cinquantième état américain à Pigalle ? Complètement à côté de la plaque le chroniqueur, il s’agissait de fans du chanteur country pop Jimmy Buffet, qui se produit ce soir-là à la Cigale voisine. Illustre inconnu de ce côté-ci de l’Atlantique, auteur d’un hit en 1977, mais qui pèse tout de même 550 millions de dollars grâce à ses produits dérivés… L’un de ses “têtes de perroquets”, comme ils se surnomment, se perd dans notre file d’attente. Sacré contraste avec les quadras / quinquas majoritairement vêtus de noir, rock attitude oblige…

L'Epée - Showcase - La Boule Noire 26/09/2019
Photo © Eric Jorda

A l’intérieur de la salle toute en longueur de la Boule Noire, les bons élèves arrivés à l’heure, patientent au son des skeuds de Topper Harley, famous DJ garage parisien. A l’instar de Anton Newcombe testant lui-même son son, Lionel Limiñana vient scotcher au sol sa setlist. Notre shooteux Eric, “pays” des catalans, en profite pour s’enquérir de la diffusion du showcase de France Inter… Au vu du nombre d’instruments, qui s’alignent en seconde ligne, les quatre escrimeurs ne seront pas seuls. Impression confirmée lorsque Al Barte, Renaud Picard, Mickael Malaga et Ivan “Telefunken” Martinez – l’intégralité du crew Limiñanas donc, pénètrent sur scène à la suite du quatuor. Lionel et Marie trustent côte à côte le côté droit et Anton Newcombe le gauche. Emmanuelle Seigner vient logiquement s’installer au centre.

L'Epée - Showcase - La Boule Noire 26/09/2019
Photo © Eric Jorda

La tête coiffée d’une capuche stylée, intégrée à un haut chatoyant, la comédienne commence par nous conter “La Brigade des Maléfices”. Une histoire* fantastique et hallucinatoire façon Jodorowsky, portée par le style lancinant propre aux Limiñanas. Emmanuelle Seigner tombe la capuche pour “Une lune étrange”. Un titre à la rythmique plus nerveuse et en anglais. Son timbre ténu et volontairement neutre rappelle irrésistiblement celle d’une autre “femme fatale”, Nico du Velvet Underground. Perdue au milieu de la déferlante de riffs, sa voix, pourtant raccord sur l’album, ne passe pas malheureusement l’obstacle sur “Dreams”, la sucrerie sixties gainsbarienne. L’absence de Bertrand Belin, “en soutien” sur “On dansait avec elle”, se fait sentir. Il va nous falloir attendre “Grande”, mélodie planante et orientalisante, pour que se créée l’osmose. Essai transformé pour l’inédit “Shinny” qui suit. Sensuel et dansant, il emporte l’adhésion du public.

L'Epée - Showcase - La Boule Noire 26/09/2019
Photo © Eric Jorda

On sent Emmanuelle Seigner encore plus en confiance sur « Last picture show », le final qu’elle partage avec Anton Newcombe. Ce dernier nous aura gratifié juste avant de “Istanbul is sleepy”, titre phare du sixième et dernier album des Limiñanas. Et Lionel et Marie dans tout ça ? Impeccables de complicité comme de coutume, avec leur crew autant qu’avec le comparse américain. Sur “Un rituel”, Lionel et lui se cherchent parfois du regard, semblant quêter un assentiment mutuel. “Last picture show”, durant lequel il prend le micro, conclue le set, comme un écho à l’album. Pas de rappel et alors le reste de la bande s’éclipse visiblement heureux de ce gis, Anton Newcombe sera le dernier à quitter la scène, faisant résonner un dernier accord. On est “vedette américaine” ou on ne l’est pas… 

L'Epée - Showcase - La Boule Noire 26/09/2019
Photo © Eric Jorda

Set
La Brigade des maléfices
Une lune étrange
Dreams
On dansait avec elle
Grande
Lou
Ghost rider
Shinny
Istanbul is sleepy
Un rituel
Last picture show

Plus d’infos sur L’épée sur leur page Facebook.

* Et au vu de l’appétence de Lionel Limiñana pour la culture pop seventies, peut-être une référence à une série française du même nom… 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements