Ditz : football champagne et questions de genre

Le 6 novembre dernier, Ditz annonçait le début de sa collaboration avec le label Alcopop Records en publiant un nouveau single poutrant sévèrement, "Total 90". Le jeune groupe de Brixton ajoute l’image au son, avec ce clip réalisé par Jay Bartlett.

Les Français chanceux avaient pu découvrir le jeune groupe originaire de Brixton à l’occasion d’une tournée passée brièvement par l’hexagone, et notamment à l’excellent Transfer Festival, en région lyonnaise. Les autres peuvent à présent se rattraper par le biais de ce clip, traitant de « la masculinité toxique, des normes de genre excessives, et de l’idiotie générale dans le sport ». Sur le terrain du Lewes football Club, une équipe composée des membres de FUR et de ces diables de Slaves inflige une sévère correction à l’équipe de Ditz. Ceux-ci portent l'édition « rainbow » du maillot du Altrincham FC, un club de sixième division anglaise qui s’était engagé contre l’homophobie au mois de février par la création de cette tunique arc-en-ciel ; il devenait ainsi le premier club à consacrer la totalité de son maillot au drapeau LGBTQ+ (les clubs espagnols Rayo Ballecano et CD Guadalajara l’avaient eux fait figurer sur leur maillot régulier auparavant, selon skysports.fr).

A travers cette vidéo, le groupe souhaite faire état d’un paradoxe propre au monde sportif : d’une part, une étude montre qu’en présence d’un « groupe hétérosexuel prédominant, plus d’un participant sur trois utilisaient des ‘plaisanteries’ homophobes dans un cadre sportif ». « La plupart des gens trouvent qu’il est naturel et facile de faire du sport, mais il est probable que beaucoup d’entre nous ne le ferions pas si nous devions faire face à l’anxiété de se voir adresser des insultes homophobes, ou que quelque chose chuchote à l’oreille. » D’autre part, « l’ironie est que ces mêmes joueurs ont déclaré qu’ils n'auraient aucun problème à faire du sport avec un membre de la communauté LGBTQ + » (source thelineofbestfit.com).

Après le "Samaritans" de Idles, étudiant le « masque de la masculinité » et les raisons pour lesquelles « tu ne vois jamais ton père pleurer », ou le "Gayboy" des mêmes Ditz, il semble que la tendance actuelle chez les vilains punks soit donc à l’abord frontal des thématiques que sont les questions de genre et de sexualité. On a envie d’y voir un signe de bonne santé du genre musical, quand celui-ci parvient à se saisir à nouveau des questions de société, qui bien qu’elles aient fait du chemin, continuent de déranger et de susciter le débat, comme le prouvait il y a quelques semaines encore, en France, l’affrontement entre supporters et fédération sur la question de chants jugés homophobes.

ditz, total 90, punk, noise, lgbtq+, foot

Crédits photos
1 (en-tête) :par Jamie MacMillan
2 : extrait du clip de Total 90



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...