Cathedrale – Houses are built the same

Des compositions simples, des bases attendues, mais un rendu plus qu’efficace. Les arrangements pros soulignent l’aspect énervé, le son est proprement sale, bref, Cathedrale, c’est un régal.

 

Les Toulousains livrent là déjà leur troisième album long, et prouvent en 13 morceaux infatigables qu’ils ont toute l’énergie et le talent qu’il faut pour produire un son jamais lassant dans ce mariage jouissivement sale de punk et de pop. Enregistré à Londres, produit par Syd Kemp, on sent les inspirations anglaises de l’album, à la fois dans le ton punk de la voix, qui cherche la gouaille british et dans le pop des guitares.

Amateurs de voix claire et pure, pas la peine de continuer. Pour les autres, que les sons crachotants ne rebutent pas, plongez-vous les deux oreilles (et plus si vous en avez davantage, amis extraterrestres) dans les échos résonnants de cette Cathédrale. Après l’intro qui pose sérieusement le groupe (faut pas oublier que c’est solennel ici, on est dans un lieu de culte), les pogos peuvent commencer sous les sons distordus purement punk. Pour situer, on entend là une logorrhée désinvolte à mi-chemin entre les enchaînements de Boby Lapointe et l’élocution de Joe Strummer, des accélérations, des solos, et une batterie nerveuse qui remettra la tension des anémiques d’aplomb.

En milieu d’album, à l’ancienne, un interlude à base de réverbérations pour retourner la cassette (ou flipper la galette pour les vraiment plus anciens d’entre nous) et roter sa bière. 

Et hop, on reprend aussitôt dans le vif du pogo avec six autres morceaux bien énervés. Riffs bien sentis, batterie nerveuse, si l’auditeur à ce moment-là du disque n’est pas en train de faire des glissades par terre, ya plus rien de possible. On ne peut plus s’arrêter, c’est peut-être un brin répétitif dans la rythmique à ce stade, mais partis comme on est, impossible de se poser.

Garage, Français, punk coloré, pogo, attention talent, monument
Cathedrale devant la cathédrale.

Entre bien d’autres talents, ce groupe a celui de provoquer l’envie irrépressible de courir sur une scène et slammer dans la foule (si vous reproduisez ça chez vous, un bon canapé peut faire l’affaire, pas de jugement).
 

Houses are built the same sortira le 27 mars 2020 sur le label Howlin Banana Records.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements