Entretien avec Frank (chant/guitare) de Bad Choice

Bad Choice est un groupe de rock originaire des Côtes d’Armor. Rapidement ils ont su se faire apprécier sur leurs terres bretonnes et font régulièrement des concerts. D’ailleurs pour la sortie de leur album Walk on Mars ils joueront bientôt au Relais Breton à Dinan…

Lionel : Tout d’abord peux-tu présenter les musiciens que l’on retrouve sur votre album ?

Frank : Il y Julien a la batterie, Thibault à la basse et au piano, et moi à la guitare et au chant…

D’où venez-vous ?

Nous sommes des Côtes d’Armor avec chacun un parcours particulier en terme géographique.

Sur Walk on Mars vous jouez un rock énervé qui touche parfois les contours du hard rock. Les titres sur l’album sont très variés. Peux-tu nous parler des influences principales, les groupes qui vous ont inspiré au sein de Bad Choice ?

Frank : Nous sommes de générations différentes mais avons tous les 3 le rock en ADN : ça va du rock très cold wave des premiers The Cure en passant par U2, Noir Désir, AC/DC, The Clash, Trust, Joy Division, Bashung


Bad Choice


Est-ce que le titre de l’album est un clin d’œil à Bowie ou à l’actualité qui nous explique que bientôt on ira sur Mars ?

Non plutôt une envie de se barrer quand le ras le bol s’installe.

Comment s’est passé l’enregistrement ? Où l’avez-vous enregistré et comment cela s’est-il déroulé ?

Frank : On a tout enregistré à la maison avec nos petits moyens, avec Julien qui assure au niveau prise de son, mixage etc… et quand ça ne nous plaisait pas on recommençait…

Le son de l’album est puissant et bien travaillé. Jusqu’où va votre sens du détail dans la composition d’un titre ?

Frank : Comme je le disais précédemment on n’essaie de ne rien laisser au hasard. Jusqu’à la toute fin d’un titre on n’hésite pas à refaire des choses avec un soucis de la perfection… On a confié le master à un autre Julien (Climent) qui a monté sa boite de mastering qui s’appelle Ouest Master en Loire Atlantique…

Peux-tu nous parler de la pochette ?

Frank : La pochette a bougé et évoluée tout au long du projet…on a bien déliré mais on voulait quelque chose de sobre et classe…noir blanc rouge…. Qui reflète la tension de certains textes et soit cohérent avec les titres qui la composent…

Comment travaillez-vous sur un titre ? Comment vient l’inspiration ?

Frank : Souvent ça part d’une idée qui trote dans la tête. Cela arrive avec une certaine idée du morceau, couplet, refrain ; parfois avec le pont…et on arrange tout ensemble… L’inspiration c’est un truc que je ne maîtrise pas ...ça vient je prends, sinon je ne force rien…. Cet album est très centré sur l’impact des croyances, qu’elles soient religieuses ou d’ordre du bien être à tout prix, qu’on veut absolument nous voir accepter… moi je veux manger du foie gras, aimer la viande rouge, boire du vin, sans qu’on vienne m’accuser de tous les maux de la Terre….

Alors que les ventes de musique en France montrent que le Rap, la Variété et l’électronique représentent la majeure partie des ventes, pourquoi dites-vous que le Rock n’est pas mort ?

Frank : Le Rock n’est pas mort …parce qu’on n’a pas le choix …la musique dite urbaine m’ennuie, la chanson française et variété m’endort…c’est creux et chiant à souhait mais il faut rester politiquement correct …et bien non j’ai le droit de dire que ça m’emmerde que le rock n’ait quasi plus sa place dans les médias…
On n’est pas tous obligé de vendre des yahourts…. Heureusement il y des groupes comme the Last Train et Eiffel qui font du bien à mon cœur….

Parle-nous du titre Amy et votre respect de cette artiste inclassable ?

Frank : Amy est un de mes titres préférés car j’adore ce petit bout de bonne femme qui avec sa voix me transperçait littéralement … des titres toujours bien léchés mais avec toujours ce côté « roots » … Notre hommage à Amy Winehouse parle de ce qui peut arriver lorsque tu croises sur ton chemin ce qui va te faire nager avec tes démons….

On sait que la scène musicale bretonne est importante. Allez-vous y faire des concerts ou des festivals cette année ?

Frank : On lance l’album le 11 avril 2020 au Relais Breton à Dinan (NDA : cette interview a été réalisée avant le confinement et l'interdiction des rassemblements) …et ensuite pour nous suivre il faut aller sur notre page Facebook pour voir les dates à venir…

Comment fait-on pour se procurer l’album ?

Pour l’album on peut se le procurer via notre page Facebook et on l’envoie sans problèmes… ou sinon on peut retrouver Walk on Mars sur Bandcamp.
 

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements