Goran Bregovic parle de son nouvel album au Sziget 2012


Comme vous le savez déjà sans doute, c’est Goran Bregovic et son orchestre des mariages et enterrements qui clôturait cette vingtième édition du Sziget et la programmation de l’OTP Bank World Music Party Main Stage, le 12 aout dernier.

À cette occasion j’ai eu le plaisir de me retrouver en face à face avec monsieur Goran Bregovic, pour une interview express, avant sa montée sur scène, tout juste le temps d’évoquer quelques projets et de l’interroger sur sa perception du festival. 

Nastassja: Ce n’est pas la première fois que vous venez jouer au Sziget, est-ce que vous aimez l’ambiance du festival?

Goran Bregovic: Je pense que c’est l’un des meilleurs festivals en Europe. Et ce qui est bien c’est qu’ils ne présentent pas que des artistes mainstream. Il y a beaucoup de variété.

N.: Vous avez eu avec Nigel Kennedy une collaboration très intéressante. Pensez vous réitérer l’expérience?

G.B.: Non, il a juste joué "Ederlezi".

N.: Que voulez vous dire aux fans français qui vous ont vu à Paris avec l’orchestre des mariages et des enterrements? 

G.B.: Pourquoi ne parle-t-on pas français?

N.: Je ne sais pas! (rires)

G.B.: Mon nouveau disque sort le 24 septembre, c’est la deuxième partie de Alcool et ça s’appelle Champagne for Gypsies. C’est un peu une réaction à la pression mise sur les gitans au travers de l’Europe. On les mets dehors de la France, de l’Italie. Ici en Hongrie et en Roumanie ils ont des problèmes, et même en Serbie.
Mais ce qui me rend dingue, c’est la réaction des politiciens qui... (pourquoi je ne parle pas français?/c’est pas grave! (rires)). Et c’est pas juste, les gitans étaient là de tous temps et il n’y avait pas de problèmes.
Donc j’ai fait appel à plusieurs gitans qui ont laissés des traces dans la culture populaire, et à quelques jeunes dont je pense qu’il le feront, et j’ai fait un disque qui célèbre ce talent gitan. J’ai fait des chansons avec les Gypsy Kings, avec Gogol Bordello, et avec Stéphane Eicher, qui est connu en France mais qui est un gitan suisse. Et puis encore quelques uns qui sont des gens que je respecte. Ça c’est mon message, mais après si le disque n’est pas bon... enfin! J’espère que le disque est bon!

N.: Et avez vous l’intention de jouer le 15 août qui est une grande fête pour les gitans. 

G.B.: Je vais faire un grand concert à Paris en janvier, et j’espère pouvoir y inviter des gens du disque. Mais je fais déjà la promotion du disque depuis avril et encore jusqu’en octobre.

N.: Merci beaucoup!

Une rencontre certes brève, mais un moment mémorable, car l'homme est vraiment intéressant et charmant.
 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements