The Tangent – Auto Reconnaissance

Le facétieux Andy Tillison nous avait laissés avec un album Proxy de très bonne facture il y a à peine deux ans. Le voilà de retour avec une formation qui n’a pas changé, chose rare dans la discographie de The Tangent mais qui va nous permettre de juger s’il est bon de ne pas changer une formule qui marche. Evoluant dans le rock progressif old school mais jamais avare d’expérimentations, le groupe était allé lorgner du côté du disco et même du hip hop lors de l’album précédant, déroutant un peu les fans. Mais n’est-ce pas là le principe même du rock progressif ? Incorporer de nouveaux éléments, mixer et mélanger les genres pour amener ce style vers d’autres mondes ? Que nous réserve donc le chimiste Tillison pour ce nouvel album intitulé Auto Reconnaissance, sorti le 21 août sur le label Inside Out ?

The Tangent, Andy Tillison, Auto Reconnaissance, rock progressif

On peut déjà affirmer que la plus grosse prise de risque déroutante se trouve dans la pochette tant l’artwork n’est pas ce qui se fait de mieux dans le monde de la musique. Cet écueil ayant été mentionné, nous pouvons nous concentrer sur la musique en elle-même qui, rassurons les fans de prog old school, est moins aventureuse que sur Proxy. The Tangent a resserré son propos et se concentre principalement sur un style proche de Genesis, The Flower Kings et Steely Dan pour le côté plus jazzy et groovy. Il y a donc moins d’expérimentations et on a tendance à moins froncer les sourcils lors de l’écoute de cet album. Le premier morceau « Life on Hold » se veut assez direct sans temps mort en évoluant dans le style funky et seventies lorgnant parfois vers les années 80. Style repris sur « The Tower of Babel » sorte de single disco mais avec des accords bien barrés et proggy.

Mais les morceaux qui sortent du lot sont les deux epics. Tout d’abord « Jinxed in Jersey », composition de 16 minutes complètement barrée raconte les aventures d’Andy pour aller voir la Statue de la Liberté, à pied, depuis son hôtel dans le New Jersey. Comme un film, on passe par différentes ambiances, différents styles, un peu à la manière du road trip ou d’un montage photo. Le morceau ne sera pas pour les néophytes et sera assez difficile à digérer à première vue. Cette composition sera la seule à vraiment sortir du style prog pour proposer des influences trip hop et electro, plus présentes sur l’album précédent.
Le deuxième epic « Lie Back & Think of England » qui dure 28 minutes, soit le morceau le plus long de la discographie du groupe, est la pièce maîtresse de l’album. On est certes dans du rock prog 70s assez classique mais The Tangent le fait très bien avec quelques petites surprises comme une partie chantée en français avec l’accent So British d’Andy et l’apparition d’Uilleann Pipes (cornemuse irlandaise que certains d’entre vous auront déjà entendue sur les albums de Flogging Molly ou Nightwish).

Autour de ces œuvres gravitent « Under Your Spell », une ballade jazzy avec un superbe solo de Luke Machine, ainsi que « Midas Touch » tout aussi jazzy mais plus funky avec un Jonas Reingold à la basse au sommet de sa forme. Pour finir, l’album inclut un morceau bonus instrumental intitulé « Proxima » qui verse plus dans l’improvisation jazzy et electro. On comprend bien pourquoi le groupe l’a mis en temps que bonus car il n’apporte pas grand-chose à l’univers de l’album.

The Tangent, Andy Tillison, Auto Reconnaissance, rock progressif

La force de l’album est son organisation de sa tracklist : malgré deux pièces maîtresses assez denses, Auto Reconnaissance passe bien lors d’une écoute complète car on alterne entre épreuves de force et morceaux beaucoup plus accessibles, ce qui ne lassera pas l’auditeur. Même si certaines compositions n’apporteront pas grand-chose à la discographie fournie du groupe, l’ensemble est de bonne facture, le tout servi par une production bien faite.

Pour résumer, The Tangent nous livre un album bien plus cohérent que le précédent et semble avoir trouvé un équilibre avec ce line-up. Extrêmement bien construit autour de deux epics, Auto Reconnaissance saura faire plaisir aux fans du groupe mais également attirer des curieux qui comprendront rapidement pourquoi le groupe fait toujours partie du paysage du rock progressif. 

Tracklist : 
01 Life On Hold
02 Jinxed In Jersey
03 Under Your Spell
04 The Tower Of Babel
05 Lie Back & Think Of England
06 The Midas Touch
07 Proxima (Bonus Track)

Sortie le 21 août 2020 chez Inside Out Music.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements