Entretien avec Tyler Bryant (sans The Shakedown) pour la sortie de leur nouvel album


Tyler Bryant est un des guitaristes les plus talentueux de sa génération. Avec son groupe, The Shakedown, ils s’apprêtent à sortir leur quatrième album studio, nommé Pressure. Nous avons pu nous entretenir avec lui via Zoom, et parler de sa vie confinée dans sa maison à Nashville. Tyler nous en dit plus sur ce nouveau disque, et aborde avec nous ses projets futurs.

LGR : Salut Tyler, comment vas-tu et comment est la situation pour toi en ce moment ?

Tyler Bryant : La situation est aussi bonne qu’elle peut l’être ! Nous essayons d’en tirer le meilleur parti possible. Nous restons occupés et concentrés sur notre créativité. Il est évident que nous ne pouvons pas faire de concerts en ce moment, ce qui est difficile. Mais je pense que nous avons un super album à montrer.

Vous avez posté beaucoup de vidéos ces derniers temps, c’est bien de voir que vous vous occupez.

Oui, nous essayons de rester en contact avec nos fans. Heureusement, nous avons les réseaux sociaux pour le faire. On peut mettre beaucoup de musique en ligne et j’aime bien mettre ce sur quoi je travaille, c’est mieux que de mettre des photos de mon dîner !

 

tyler bryant and the shakedown, pressure, rock, blues, hard rock

Tu ne voulais pas faire une vraie pause pendant la quarantaine ?

C’est drôle parce que les gens me demandent toujours si j’ai besoin de vacances, et je leur réponds: « Mec, mon boulot, ce sont mes vacances ! ». Chaque fois que nous sommes sur la route, je voyage et je vois des endroits que je n’aurais jamais pensé voir. Quand je joue de la musique, c’est des vacances. Le seul travail pour moi, c’est la partie non amusante du voyage, quand tes proches te manquent par exemple.

Le confinement est-il un moment de réflexion pour toi ?

Oui, j’ai eu le temps d’écrire des chansons et de passer du temps avec ma femme. Nous avons eu quelques événements familiaux auxquels j’ai pu assister, ce qui est formidable. En faisant de la musique pour gagner sa vie, ce sont des choses que l’on sacrifie. On manque les anniversaires, les enterrements… On manque tout ça, alors c’est bien de pouvoir être là parfois. Ce n’est pas un luxe que je peux offrir à ma famille, donc j’en suis heureux, et j’ai eu beaucoup de temps pour être créatif !

Vous venez d’annoncer un concert en streaming avec les chansons du nouvel album. Que peut-on attendre d’un tel show ?

On l’a enregistré il y a quelques semaines. Nous voulions le pré-enregistrer plutôt que de faire un concert en direct car on voulait que la qualité sonore soit très bonne. Nous avons été impliqués dans toutes les étapes du processus. On a inclut des images des coulisses de la réalisation de l’album. Nous avons même un clip de Caleb s’endormant dans le studio ! Je pense que les gens vont apprécier.

Ca doit être bizarre de sortir un album et de ne pas faire de promo ou de concerts en effet…

J’ai entendu des gens dire que c’était fou de sortir un album en ce moment, mais que pouvons-nous faire d’autre ? Nous avons enregistré beaucoup de chansons et nous avons pensé que beaucoup d’entre elles étaient appropriées pour l’époque. Certaines chansons ont été écrites avant 2020. La réalisation du disque nous a donné beaucoup de joie.  Nous avons pensé que si nous le sortions, il apporterait aussi de la joie à nos fans. C’est un peu étrange de ne pas partir en tournée et jouer ces chansons en live mais j’espère que nous pourrons continuer à enregistrer de la musique parce que c’est tout ce que nous pouvons faire jusqu’à ce que ça se finisse. Je suis heureux que notre album sorte et que nous puissions faire des choses ensemble avec The Shakedown.

Tu nous connais depuis un certain temps maintenant, alors tu sais que nous sommes un groupe live ! On sort et c’est comme ça qu’on interagit avec le public. Mais je sais que la fanbase que nous avons travaillé si dur à construire sera là quand nous pourrons jouer à nouveau. On va donc continuer à faire de la musique et rester positifs !

En fait, nous devions faire la première partie de Nickelback en Amérique et nous devrions être en tournée en Europe en ce moment même. Ces concerts n’ont pas été annoncés publiquement, donc vous ne manquez rien haha !

 

Tu penses que les groupes doivent travailler différemment maintenant ?

Absolument ! Maintenant, on doit faire les choses de nous-mêmes. Par exemple, ce live show en streaming que nous allons montrer a été réalisé par nous, du début à la fin. Nous avons choisi les lumières que nous voulions, nous avons choisi tout l’équipement. Vous devez en quelque sorte construire votre propre salle et payer pour cela, et vous ne jouez devant personne ! Je suis sûr que nos fans vont nous regarder et j’espère que cela nous donnera l’occasion d’en faire d’autres jusqu’à ce que nous puissions revenir à la normale.

J’ai vraiment de la peine pour les groupes qui viennent de démarrer et qui n’ont pas encore de fanbase. Ils vont se battre encore plus dur. J’ai aussi de la peine pour les équipes de tournées, les salles et tous ceux qui travaillent dans l’ombre. C’est vraiment une période difficile pour l’industrie musicale. Nous devons nous soutenir les uns les autres. Il est temps de s’entraider et de s’en sortir, surtout quand le gouvernement s’en fiche.

Votre dernier album est sorti l’année dernière, et vous êtes sur le point d’en sortir un autre cette année. Vous êtes super productifs ! Comment s’est déroulé l’enregistrement ?

Le processus d’enregistrement a été très différent de celui de Truth And Lies. Pour le précédent, nous étions dans un très beau studio, alors que ce disque a été enregistré chez moi, entièrement pendant le confinement. Nous avons décidé au début de la quarantaine que nous allions faire un album. Il y a eu des difficultés à enregistrer dans un sous-sol, mais nous avons eu de l’inspiration.

Je collectionne du matériel musical depuis de nombreuses années et notre album éponyme avait été enregistré dans mon ancienne maison. Après cela, Rebecca et moi nous sommes mariés et nous avons donc acheté une nouvelle maison. Je me suis construit un endroit pour bosser à l’intérieur. J’ai du super matériel, mais ce n’est pas comme un vrai studio. J’aime dire que le matériel n’a pas d’importance, c’est la volonté de faire quelque chose d’extraordinaire. Certains enfants au milieu la France ne se soucient pas de leur matériel, tant qu’ils se soucient des chansons, c’est bon. Nous sommes vraiment concentrés sur les chansons et l’intention qu’il y a derrière.

Pourquoi cet album s’appelle-t-il Pressure ?

Nous avons appelé l’album ainsi parce que c’était quelque chose que nous ressentions ! Il semble assez évident que le monde entier ressent de la pression en ce moment. Nous sommes au chômage et c’est un sentiment de doute. La chanson « Pressure » a été écrite avant la pandémie mais nous ressentions de la pression avant tout cela. La pression est quelque chose qui existe depuis toujours, je veux dire, on essaie de survivre, de sortir et de travailler, de réussir, d’être un bon ami et une bonne personne… Cela se manifeste dans tous les aspects de la vie et nous avons pensé que c’était le titre parfait pour notre album. Après avoir terminé l’album, nous avons ressenti beaucoup d’agressivité. Pour moi, cette chanson représente le fait de se débarrasser de toute cette pression.

 

tyler bryant and the shakedown, pressure, rock, blues, hard rock

Crédits photo : Jason Stoltzfus 

Les paroles semblent très personnelles, surtout dans la chanson intitulée «Loner».

Oui, cette chanson est très personnelle pour moi. Elle parle de quelqu’un qui a besoin de temps pour être seul. Personnellement, je sais que j’ai besoin d’être dans ma propre bulle quand je travaille. La dernière chose que je veux, c’est avoir l’opinion des autres. Lorsque vous avez des gens autour de vous, ils veulent toujours que vous soyez meilleur.

Ces deux dernières années, on a beaucoup été en tournée et j’ai ressenti de l’anxiété. Tout le monde ressent le besoin d’être là pour vous et de vous dire que tout va bien. Et la plupart du temps, vous pensez juste « Laissez-moi tranquille ». Je sais que cette chanson est un peu égoïste, mais j’avais besoin de l’écrire pour moi-même. Je pense que je pensais à des gens que je n’aime pas vraiment quand je l’ai écrite.

Le premier single « Crazy Days » semble vraiment approprié en ces temps difficiles…

Oui, il a été écrit au début du confinement. Nous ne réalisions pas à quel point nous allions nous enfoncer. C’est fou parce que c’est l’une des chansons les plus joyeuses que j’ai jamais écrites ! Elle sonne tellement positive. Il y a un certain changement qui se produit dans mon écriture, parce que je pense qu’il y a trop de négativité en ce moment. Cette chanson est plutôt heureuse, ce qui est bizarre pour nous !

Le second single, « Holdin’ My Breath », ressemble plus à vos chansons habituelles !

C’est une chanson pleine d’espoir mais oui ! Le morceau a été écrit avant la pandémie, crois-le ou non ! Au départ, on ne voulait pas le mettre sur le disque mais Caleb et Graham l’ont ramené un jour sur la table et on s’est dit « on devrait l’écouter à nouveau ». Nous nous sommes pris pour des devins car les paroles étaient tellement appropriées pour l’époque.

 

tyler bryant and the shakedown, pressure, rock, blues, hard rock

Les deux premiers singles sont en featuring avec ta femme et un de tes amis. Quelle est l’importance pour vous de jouer / chanter avec des invités ?

Nous n’avons jamais fait cela auparavant et ce n’est pas un secret que Noah (bassiste) a quitté le groupe en février. Il nous a toujours fourni les harmonies. Nous avions besoin d’harmonies pour ces deux premiers singles, alors j’ai parlé aux deux meilleurs chanteurs que je connais, et l’un d’entre eux est ma femme ! L’autre est Charlie Starr, alors je leur ai demandé s’ils voulaient chanter sur nos chansons. Tous les deux ont pris ce que nous avions et ont élevé les chansons à un autre niveau. Rebecca chante sur la démo originale de « Crazy Days » et je ne pouvais pas entendre la chanson sans sa voix. Charlie est l’un de mes chanteurs préférés, alors j’ai pensé que ce serait cool de l’avoir sur une chanson de The Shakedown.

Y a-t-il d’autres artistes avec lesquels tu aimerais collaborer à l’avenir ?

Oui, il y en a beaucoup ! J’aimerais faire quelque chose avec Jay Buchanan de Rival Sons, c’est un pote mais nous n’avons jamais rien fait ensemble. J’adorerais collaborer avec Jeff Beck aussi.

Que pouvons-nous vous souhaiter maintenant ?

Dès que nous pourrons faire des concerts, nous allons le faire, mais c’est difficile à dire. Le prochain grand rendez-vous est le live stream de sortie de l’album. Après cela, nous verrons ce qui se passera. Nous avons écrit pleins de chansons parce que c’est tout ce que nous pouvons faire pour le moment. Nous allons juste essayer de rester en contact avec nos fans ! Allez, on va y arriver !

Entretien réalisé le 9 octobre 2020.
Merci à Olivier de Replica Promotion pour l’interview. 



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :

Ces articles en relation peuvent aussi vous intéresser...

Ces artistes en relation peuvent aussi vous intéresser...

Advertisements