Brunhilde – To Cut A Long Story Short

C’est chez nos voisins d’Outre-Rhin que nous découvrons un nouveau groupe qui a une pêche d’enfer et que ces derniers mois reclus n’ont pas éteint. A croire que la formation telle une bête en cage et bouillonnante au fond d’elle-même n’attendait que cette sortie pour répandre sa fougue. To Cut A Long Story Short ou l’album à la force d’âme brulante qui va donner un coup de boost aux sorties musicales de l’année.

Les groupes choisissant rarement leur nom au hasard, que se cache-t-il derrière Brunhilde qui pourrait nous en apprendre sur le groupe allemand ? Brynhildr est une guerrière et walkyrie de la mythologie nordique, personnage central du cycle de Sigurd. Elle apparaît dans plusieurs poèmes eddiques héroïques, compilés au XIIIe siècle, ainsi que brièvement dans l'Edda de Snorri, fiancée au héros Sigurd-Siegfried, elle est finalement contrainte d'épouser Gunnar-Gunther. Se sentant trahie par Sigurd, elle ordonne son assassinat, et dans la version nordique elle se suicide, pleine de remords, sur le bûcher funéraire du héros, qu'elle rejoint ensuite dans l'Au-delà. Du caractère et de la hargne, deux préceptes que l’on retrouve dans la musique du groupe. Mieux la frontwoman en la personne de Carol Loy caractérise le personnage mythique par sa morphologie élancée et sa chevelure blonde, tout porte à mimétisme et fascination de la chanteuse pour la légende nordique. 

Il est assez rare de voir des albums de rock doté de 14 titres, beaucoup de formations privilégient des disques courts ou l’accumulation de EP, voilà une galette complète où tous les titres sont relevés mais cependant qui nous amène à une production de quarante-sept minutes seulement. Les titres s’enchaînant sur des rythmes effrénés ou les bpm sont lâchés et où la marque du groupe de rock metal rapide s'imprime. Pas déplaisant à écouter ce format et ces compositions, on sent que les Allemands ont voulu marquer le coup par des riffs et refrains puissants tels des skuds parce que le rock c’est aussi ça, une débauche d’énergie folle et intense. Les amateurs de ballades mièvres ou d’amour passeront leur chemin, là on est dans la franchise, dans l’hypercut des musiciens qui ne font pas semblant. Le guitariste Kurt Bauereiß confirme les sensations de nos premières écoutes : «En fin de compte, nous voulions que tout soit très simple sans aucun remplissage, c’est pourquoi presque toutes les chansons durent environ trois minutes».

Et niveau style de musique ? On trouve dans To Cut A Long Story Short plusieurs influences de styles musicaux qui se marient parfaitement. Sur cette production long format, oscillent les titres heavy tels que "Judas" ou "Come Out, Come Out" mais aussi de gros penchants metal avec "I’m Crying", "Miss God". Le tout reste bien évidemment sur une ligne directrice représentée par le duo voix/son linéaire sur l’entièreté de l’album. Des relents punks évidents parsemés ici et là pour parfaire le côté éclectique, à tout cela ajoutez la hargne de la chanteuse Carol qui n’hésite pas à casser ses cordes vocales sur les refrains de "Where Are You Going ?" ou "When you Were Born", nous sommes bien en présence d’une production qui allie les idées des musiciens accumulées à travers leurs diverses expériences.

Le mieux placé pour en parler reste leur producteur Charlie Bauerfeind (Motörhead, Blind Guardian, Helloween) : «J'ai trouvé que le groupe était tout de suite cool - aussi parce que Brunhilde est musicalement très multi-facettes. J'ai aidé le groupe à aller droit au but et à structurer son écriture, nous voulions l'essence pure des chansons».

Tout ne serait pas consommé sans la reprise en fin d’album de la chanson "So Bad" de la délurée chanteuse punk d’ex-RDA Nina Hagen revisitée à la façon Brunhilde avec plus de tempo mais fidèle à la version originale.

Dans ce pot-pourri que représente cet album, le groupe frappe un grand coup de par son envie d’être lui-même et de casser les styles rock un peu trop endormis. Voilà qui met un bon coup derrière la tête et qui montre que malgré ces temps de mers calmes, certains ont cette force mentale pour balancer du bruit de la plus belle des manières.

Après donc un EP sorti en 2020, cette première production longue montre que le groupe Brunhilde est une jolie rencontre pour les amateurs de rock que nous sommes, un album brut de décoffrage qui promet un bel avenir à cette formation qui s’aguerrira avec le temps.

Tracklist :
1. Miss God
2. Hell Or High Water
3. Judas
4. Where Are You Going?
5. When You Were Born (I Was Already Dead)
6. In My Head
7. All Is Lost
8. Come Out Come Out
9. I Ìm Crying
10. Choir Boy
11. Digging Ditches
12. Sleep With My Enemy
13. So Bad
14. It Ìs All Lies

Line up :
Vocals - Caro Loy
Guitar - Kurt Bauereiß
Bass - Oliver Holzwarth
Drums - Bastian Emig

Sortie le 26 février chez Count & Countess.

Brunhilde, To Cut A Lond Story Short, Berlin

close

Ne perdez pas un instant

Soyez le premier à être au courant des actus de La Grosse Radio

Nous ne spammons pas ! Consultez notre politique de confidentialité pour plus d’informations.

NOTE DE L'AUTEUR : 8 / 10



Partagez cet article sur vos réseaux sociaux :
Advertisements