La Grosse Radio sur  vidéo reggae La Grosse Radio sur Twitter  webradio reggae  écouter radio métal
La Grosse Radio / Webzine grozine / Humeur / Portishead, droits d'auteur, pourquoi continuer ?
Portishead, droits d'auteur, pourquoi continuer ?



Il y a une semaine, Geoff Barrow, du groupe britannique de trip hop Portishead, envoyait une série de six tweets pour faire résonner sa colère après la réception des recettes du groupe liées au streaming.

La note est belle. 34 millions d'écoutes en ligne sur Spotify, Youtube... avec une petite fortune à la clé : environ 2000 euros de revenus après impôts. Ne faites pas le ratio revenu/nombre d'écoutes, le résultat est aussi infinitésimal qu'indécent. Si le groupe jouait au chapeau devant Notre Dame de Paris, il gagnerait sans doute plus en quelques jours ! La question est bien de savoir à qui profite le crime de la spoliation du droit d'auteur. Dans ses tweets, Geoff Barrow s'en prend notamment à sa maison de disque, UMG, aka Universal Music qui offre pour un montant plus que dérisoire leurs titres aux sites de streaming, pour que nous, auditeurs, puissions écouter, généralement après s'être avalé une pub, un morceau dans une qualité toute aléatoire sur des enceintes d'ordis crachotantes.
 



D'ailleurs, là, je suis en train de ne pas filer de thune à Jack White en écoutant ses derniers titres de Lazaretto sur sa chaîne VEVO officielle sur Youtube. Car macache bono avec Youtube puisque par sa seule qualité de fournisseur de service, l'artiste ne peut espérer y gagner de l'argent que par de la pub liée à ses clips et non par les droits d'auteur...  Après, l'internaute peut se dire : « Nan, mais attends mec ! Portishead, Jack White ! Ils vendent des millions d'albums ! Doivent se faire un sacré pactole! » Peut-être... Avec des ventes d'albums toujours à reculons ?

En 2006, il fallait vendre 100 000 albums pour avoir un Disque d'Or, 50 000 aujourd'hui... Idem pour le quasi inaccessible Disque de Diamant dont les chiffres sont passés de 1 000 000 à 500 000 ventes. C’est aussi un système aux effets pervers qui ne repose en rien sur le choix des fans : il suffit étrangement aux distributeurs de placer le nombre d'albums voulus dans les magasins pour accéder à la certification ! Ou comment créer des Disques d'Or par anticipation. Untel est Disque d'Or, cool, je vais l'acheter... Voyez le délire. Bref...

Selon le site infodisc.fr, en France en 2012, seuls Adèle, Céline Dion et Sexion d'Assaut ont récolté un Disque de Diamant, et une centaine d'albums, dont pas mal de compil', sont Disque d'Or. De quoi laisser bouffer la vache maigre à tous les autres artistes ou au moins de quoi réfléchir au moyen de continuer à vivre de leur musique. Car une des questions que pose cette économie du disque est de savoir combien d'argent 34 000 000 d'écoutes génèrent aux différents diffuseurs et par la même l'éternel problème de la redistribution des revenus sachant que qu'un artiste touche 0,4 centime pour l'écoute d'un de ses morceaux par un abonné à Spotify, 0,2 centime pour une écoute par un abonné premium de Deezer et 0,01 centime pour un non-abonné !


concert, droits d'auteur, streaming


Royalties : Un étrange calcul

Au MIDEM de Cannes de 2013 il s'est tenu une conférence de presse de l'Adami, société d'administration des droits des artistes et musiciens interprètes, où l'on a pu apprendre d'après leur étude de 662 contrats phonographiques que le partage des royalties est défini par trois paliers de ventes selon les supports et selon le prix de vente. Entre 1 et 50 000 exemplaires, soit le Disque d'Or, un artiste ou un groupe touche 80 centimes d'euros par album vendu à 13 € (contre 66 cts en numérique), 1,05 € jusqu'à 200 000 albums (contre 83 cts en numérique) et pour les plus veinards et commerciaux 1,26 € au delà des 200 000 ventes (contre 1€ en numérique). L'artiste touche moins via les plate-formes numériques, la dématérialisation aurait un coût supplémentaire... En brut cela permet à l'artiste de percevoir 4 centimes lorsque l'on achète un de ses mp3 à 1,29 € sur Itunes. Il n'y a vraiment pas de quoi en rire, en vivre.

En vivre justement, en rapportant les sommes acquises pour en faire des salaires, un groupe de 4 musiciens décrochant de justesse un Disque d'Or touche 40 000 €. Soit 10 000 € par musicien (dans une situation pure et parfaite), pour combien d'années de travail ? 2 ans ? 3 ans ? Pour 2 ans de travail, cela représente 400 € par mois par musicien... Soit le RSA, pour un Disque d'Or ! Combien d'indépendants s'endettent pour produire un CD de 7 titres à plusieurs milliers d'euros et n'en vendent que quelques centaines à 5 € l'unité ?...

Récemment un chroniqueur de la Grosse Radio Rock achetait pour 10 € un double album juste après un concert parisien directement à la main de Spencer Sotelo, chanteur de Periphery, groupe américain signé chez Summerian Records, un important label indépendant de Metal. 10 € le double album vendu à un concert... Comme pour le cas du streaming et de Youtube, on peut vraisemblablement parler ici de musique « lowcost », où la gratuité et la surabondance de l'offre ne favorisent que le consommateur et les plate-formes sus-cités.

Dans cette jungle de chiffres, il m'a été difficile de trouver ceux des ventes d'albums. Il y a de nombreux classements en ligne dont un sur le site du SNEP, le sérieux Syndicat National de l’Édition Phonographique. Ses classements sont complets et réguliers, mais ne comportent aucune données chiffrées ! Pourquoi mon bon monsieur ? Pourquoi ne pas fournir les chiffres ? Pourquoi ne pourrais-je pas connaître le nombre d'albums vendus par Louane, numéro 1 du top la semaine du 6 avril dernier ?

Appeler directement le SNEP au téléphone ne m'a malheureusement pas permis de répondre à mes questions. Réelle opacité des chiffres, manque d'envie certain de me répondre et de m'ouvrir l'accès aux chiffres des ventes. On m'a indiqué que l'accès aux chiffres est payant (même pour les journalistes a-t-on tenu à me préciser, pourquoi pas...) sur un autre de leurs sites, musiqueautop.com. Pour pouvoir voir les données en question, il m'aurait fallu débourser 90€ HT pour un mois ou 950 € HT pour l'année... Autant dire que même les plus curieux peuvent être découragés. J'ai bien sûr demandé les raisons obscures de cet absence de gratuité des chiffres, qui confine à la rétention d’informations, la réponse officielle : par une décision du Conseil Syndical. Mais pourquoi, m'attardais-je ? Je cite texto la réponse de mon interlocutrice : « Car c'est un site qui nous coûte cher donc c'est payant. » Autant me proposer d'aller faire un tour sur un site de streaming porno (où il y a les mêmes problèmes de redistribution des revenus...) le temps que ma curiosité s'estompe. Toujours est-il que pour tenter de faire un article état des lieux, accroche-toi...

Pour revenir à mon mouton de départ, Portishead, son premier album, Dummy, s'est écoulé à 2 500 000 exemplaires dans le monde, le deuxième, éponyme, à 1 500 000 et le dernier, Third, à 600 000 depuis 2008. Donc 20 ans après le succès mondial du single "Glory Box", le groupe a touché 2 000 € pour ses titres écoutés 34 millions de fois en streaming... Bien sûr le streaming et la vente d'album ne sont pas leur seule source de revenus, il y a eu les concerts, et la vente de leurs disques continue, ils ont aussi leurs projets en solo...





Mais, comme je le demande souvent à mes amis musiciens, pourquoi encore vouloir sortir des CD en 2015 ? Surtout vous, indépendants, si ce n'est pour voir s'amonceler des piles de CD qui prendront la poussière dans votre garage. Selon les chiffres publiés par l'IFPI (Fédération internationale de l’industrie phonographique) le 14 avril dernier, en 2014 pour la première fois de l'histoire la vente de musique numérique égale les ventes physiques à 46% des revenus totaux chacun, les 8% restants étant générés par les musiques de publicité ou de films et des droits de radiodiffusion.


répartition, cd, ventes, album, mp3, streaming

(cliquez sur l'image pour mieux voir les légendes)



Et en France, selon le SNEP (qui ne cache pas tout) la part du streaming ne cesse d'augmenter en progressant de 34% entre 2013 et 2014 et elle représente en effet 55% du chiffre d'affaire généré par la musique en ligne, soit 72 600 000 €. En revanche là encore, la répartition des ces revenus reste inaccessible à mes recherches.


snep, répartition


Des droits radio et en particulier des webradios, parlons-en un instant car Mallis, le président de La Grosse Radio, avait bien résumé la situation nous concernant dans son article « Sacem et webradios, où en est-on ? ». Car il est intéressant de voir la différence de traitement entre passage radio et webradio et de voir quel pourrait être le manque à gagner pour les artistes.

La Sacem ne dispose pas pour l'instant de moyens suffisants pour traiter les données des diffusions en webradio car « la cellule qui s'occupe des droits sur le net est un service d'une dizaine de personnes seulement qui a en charge les webradios, services d'écoutes web, plate-formes diverses, etc pour ce qui concerne la gestion des contrats, listings, relances, recouvrement, facturation, surveillance, etc. » Les données reçues sont par ailleurs lacunaires puisque toutes les webradios ne déclarent pas. De son côté, La Grosse Radio a toujours déclaré et "continue de militer pour que les choses bougent et déclare publiquement qu'elle est tout à fait disposée à collaborer au chantier visant à atteindre une rémunération juste des artistes en fonction des titres réellement diffusés".

La Sacem ne peut rétribuer les artistes que s'ils sont « aussi déjà présents sur des programmes faisant déjà l’objet d’une répartition » et « les listings des webradios ne sont plus envoyés à la Sacem, s’ils le sont c’est une obligation contractuelle (webradios commerciales) ». De fait, les artistes indépendants sont aujourd'hui sur le carreau et hors-jeu, incapables de toucher des droits d'auteur où que leur musique passe. De plus, n'en déplaise aux Inrocks et à leur rédacteur Thomas Corlin, comme Hacheff, le secrétaire général de La Grosse Radio, le mentionnait dans sa tribune « Notre réponse aux Inrocks », les webradios ne sont pas nées d'hier, sont de vraies radios et ne comptent pas pour du beurre (voir classement ci-dessous), La Grosse Radio génère plus d'un million d'écoutes actives. Les webradios paient un forfait à la Sacem. Et « pour vous donner une idée, les webradios "rapportent" environ 70 000 euros par an en droits d'auteur alors que cette collecte devrait s'élever à plus de 350 000 euros annuels si tout le monde respectait le système, soit une perte de quelques 275 000 €. »

Alors pourquoi les artistes qui passent sur les webradios auraient à s’asseoir sur le fruit de leur travail. Des morceaux de Portishead ont été diffusés 218 fois sur La Grosse Radio Rock mais la situation avance, Geoff ! La Sacem prévoit de mettre en place cette année un meilleur système de déclaration.

 

classement, webradios, ojd



Cet article a été initié suite aux tweets de Geoff Barrow donc, mais également à cause des propos publics de Julien Delpy sur les réseaux sociaux. Julien Delpy est le vice-président du concert-crochet Emergenza (et n'a pas souhaité répondre à mes questions), il répondait avec sarcasme aux propos d'un musicien indépendant liés aux tweets sus-cités que lorsque les musiciens « vendent leur CD au cul du camion sur lequel ils prennent 100% des droits sans rien filer à personne », de plus « si t'as un million de vues tu touches bien des gens avec ta musique il te reste le live et vendre ta musique en direct ». Pour rappel, les groupes doivent payer pour jouer sur les tremplins d'Emergenza avec l'espoir de vendre quelques CD sur place et de taper dans l’œil des deux-trois pros présents dans le jury...
Combien de groupes ont décollé grâce à des concerts tremplins ? Les BB Brunes...

J'ai contacté un ancien participant d'Emerganza, il m'a expliqué le fonctionnement de ce tremplin pour un groupe. Pour lui, les tremplins ne sont que du « Pay to play » où le groupe doit réussir à vendre des places à ses connaissances (de moins en moins nombreuses plus les tours passent...) pour se qualifier jusqu'en finale, au moins après trois tours, par un système de votes à main levées. Un jury sélectionne les vainqueurs que lors de la finale.
Il ajoute qu'au Wolfest, un autre tremplin auquel il a participé, les organisateurs permettaient aux groupes de ne jouer qu'à partir de 60 places vendues à 12 €. Pour l'artiste, s'il lui reste encore des amis à la fin de l'expérience, reste la seule satisfaction d'avoir joué dans des salles prestigieuses comme le Bataclan, l'Alhambra ou le Trianon avec un bon backline. Mais le rêve des jeunes groupes de jouer autre part qu'au fond d'un bar pour deux tickets conso a donc un coût. S'acheter des places pour passer des tours et donc découvrir de nouvelles grandes salles, espérer voler le public venu pour un autre groupe, et au final jouer pour la gloire... La gloriole, oui !

Et vous, où écoutez-vous votre musique ? En vidéo sur Youtube ? En CD sur votre chaîne Hi-Fi ? A la radio ? Sur Deezer ? Où que ce soit, les artistes n'y trouvent plus leur compte. Mais à qui profite le crime ? Aux auditeurs ? Aux fournisseurs de musiques gratuites publicisées à mort ?

Le système de l'industrie phonographique est obsolète. Même une large diffusion ne rapporte que très peu de revenus aux artistes. Dans cette économie défaillante de la musique, le travail n'est plus récompensé.

Alors, Portishead doit-il s'inscrire à Emergenza cette année et vendre ses CD « au cul du camion » comme le propose avec élégance Julien Delpy ?


Yann Landry


Crédit photos :
GothEric —  CC BY-SA 2.0
Black Kite —  CC BY-SA 3.0


Sources :
Infodisc
Snep
IFPI
Musiqueautop
Snepmusique
Extrait du classement des Marques* de web Radios adhérentes à l'OJD, les plus diffusées sur février 2015
Chartsinfrance

 écouter radio rock
 webzine métal
COMMENTER CET ARTICLE
Sur le webzine :
Les Inrocks, webradios, sacem, thomas corlin Notre réponse aux Inrocks
07/04/2015 - Cher Thomas Corlin des Inrockuptibles, Nous avons lu ton article concernant les webradios, bien entendu. Nous ne pouvions pas le manquer. Les "grands" médias ont tant de difficultés pour évoquer notre "petit" média à nous que nous lisons ...
Lire l'article
sacem, webradios, radios en ligne, streaming, rétribution, redevance, radionomy, nrj, deezer Sacem et webradios, où en est-on ?
03/11/2014 - Artistes vous êtes nombreux à nous questionner sur les relations entre La Grosse Radio et la Sacem, sur les droits éventuels que nos diffusions de vos oeuvres permettent, sur les déclarations, feuillets violets, etc. Cet article relate la situation et la ...
Lire l'article
youtube, indépendants, google, service payant, majors Youtube impose sa loi
21/06/2014 - On savait depuis longtemps déjà qu'un service comme Spotify était une grosse carotte lancée à la face des musiciens. S'il est devenu un indispensable du fait de sa large utilisation, le site de streaming ne rémunère les artistes que ...
Lire l'article
snep, disque diamant, farmer, tricherie Les disques de diamant n'ont plus aucune valeur
08/01/2013 - Vous avez tous entendu parler des ces fameuses récompenses de l'industrie musicale, octroyées aux artistes qui vendent bien leurs disques. Disques de platine, disques de diamants, etc, etc... Par exemple un disque d'or correspond à 50.000 ventes. Ces ...
Lire l'article
Artiste mentionné :
 musique rock Portishead
Dès leur premier album (Dummy) sorti en 1994, Portishead est devenu à la surprise même de ses membres un groupe phare de la scène internationale trip hop, bien que ce terme puisse paraître ...
Plus d'infos, d'images, de news sur la page de Portishead
Vos commentaires
 vidéo métal
HUMEUR GROZINE
 musique métal
OFFICIEL GROZINE
 écouter radio métal
STRIP ROCKER GROZINE
 radio reggae
NOS PARTENAIRES GROZINE
 écouter radio rock
NOS GROSSES SELECTIONSS GROZINE
 vidéo reggae
NOS MILITERS GROZINE
Les Newsletters
Les flux RSS
 webradio métal Tout le webzine de la grosse radio
***
La Grosse Radio ® est une marque déposée, tous droits réservés © 2003-2019